Centrafrique : Le DDRR prend forme

Désarmement en Centrafrique

Désarmement en Centrafrique

Le programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement des ex-combattants entre dans sa phase opérationnelle en Centrafrique.

Au moins 7000  ex-rebelles sont visés parmi lesquels 1000 issus des forces armées Centrafricaines (FACA) et 500 mercenaires étrangers. Ce programme est conçu pour durer 2 ans et demi et 43 millions de dollars soit environ 25 milliards de FCFA sont mis en jeux pour rechercher la paix à travers le DDRR.

Des ex-combattants seront formés pour retourner dans la vie civile mais au moins 20% rentrera dans les corps en uniforme, notamment l’armée, la police et la gendarmerie. 14 groupes armés qui ont signé l’accord de principe le 11 mai 2015 en marge du Forum de Bangui, vont signer un autre accord de mise en œuvre, à la fin d’une réunion qui les réuni à Bangui du 21 au 21 avril 2017.

Un projet de DDRR pilote proprement dit sera expérimenté sur 500 ex-combattants. Pour renforcer le projet pilote DDRR, la MINUSCA va mettre en place un programme de réduction de la violence communautaire (CVR). Ce dernier donne des formations professionnelles qui déboucheront sur des activités génératrices de revenus. L’opération débute à Bangui, ciblant 3.000 bénéficiaires. Elle se poursuivra avec la distribution de kits professionnels pour 2.000 personnes issues de toutes les communautés de Bambari. Après, ce sera le tour de Paoua où 7.000 personnes ont été enregistrées pour le CVR. Suivront, enfin, les autres localités choisies par le Programme national.

Le programme DDRR tâtonne depuis 2013 après le renversement du régime Bozizé par des combattants de la Séléka. Cette fois-ci, selon les autorités, il n’y aura de l’argent contre une arme, comme cela été dans les années antérieurs. Mais, arme contre travail.

Fridolin Ngoulou

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *