Centrafrique : Points sécuritaires et humanitaires à l’intérieur du pays

Fuite des réfugiés Centrafricains vers le Tchad

Fuite des réfugiés Centrafricains vers le Tchad

La situation sécuritaire et humanitaire à l’intérieur du pays reste dégradée. Plusieurs incidents sont relevés par des acteurs humanitaires ainsi des actions de réponse. la résurgence des violences fait fuir 88.000 civils dont 20.000 réfugiés en RDC.

MOBAYE-ALINDAO : La recrudescence des incidents violents continue d’impacter la situation humanitaire. Des éléments d’un groupe armé ont démantelé 3 ponts situés respectivement à 45 Km et 50 Km de Mobaye sur l’axe Kongbo – Mobaye. Cette situation entravera l’accès humanitaire où la majorité de la population s’est déplacée suite aux rumeurs d’attaque.

MOBAYE-ZANGBA : Le 18 mai, deux accrochages majeurs se seraient produits sur l’axe Mobaye–Zangba (60 Km à l’Ouest de Mobaye). Le premier accrochage aurait opposé des éléments armés au village Gbadalawo (45 Km de Mobaye – Zangba). Environ 08 personnes auraient été blessées et transférées à l’hôpital de Mobaye et un déplacement vers la RDC (les chiffres ne sont pas disponibles).  Le bilan d’un autre affrontement entre groupes armés au village Boloumba (22 km de Mobaye), aurait fait cinq personnes blessées. Des cas d’incendie de maisons auraient été rapportés.

BANGASSOU: Depuis que les violences ont éclaté à Bangassou il y a 2 semaines, une certaine psychose règne dans la ville. Des mouvements pendulaires entre les sites et les quartiers de retour sont observés, des problèmes de protection des communautés à risque ont été rapportés. Ainsi le bilan des incidents de protection de la semaine passée rapporte une femme blessée et la mort d’une femme ainsi que de cinq enfants. Ces incidents illustrent le niveau de gravité de la situation de la protection dans la ville. Des actions conjointes des partenaires sont en cours pour y répondre.

BATANGAFO : Les personnes retournées dans les quartiers de Batangafo maintiennent des huttes fantômes sur les sites afin de bénéficier de l’assistance humanitaire en vivres.

NIEM-YELEWA : Suite au retrait des éléments armés dans la localité de Niem le 19 mai, 603 ménages qui s’étaient réfugiés sur 3 sites dans le centre de Niem ont tous regagné leurs maisons. Une reprise timide des activités commerciales au marché a été constatée lors d’une mission humanitaire conduite le 24 mai. Cependant plusieurs déplacées se trouvant encore dans la brousse ont peur d’y retourner. Environ 6000 d’entre elles sont encore déplacées à Bouar et dans les villages repartis sur les axes Bouar-Niem, Bouar-Gallo et Bouar-Bocaranga. La MINUSCA a confirmé le maintien d’une base temporaire dans la ville afin de rassurer la population contre les actes de représailles.

MARKOUNDA: Au courant de la semaine écoulée, un acteur humanitaire s’est rendu à Markounda pour réparer 6 points d’eau situés sur l’axe Markounda- Maitikoulou. Ces points d’eau bénéficieront à 665 ménages, soient 3512 personnes identifiées dont 1782 femmes et 1 830 hommes. Il faut noter que la sous-préfecture de Markounda, frontalière avec le Tchad est une zone de retour des rapatriés et des retournés spontanés du Tchad. Depuis le début de l’année, au moins 1861 personnes dont 569 femmes y ont été enregistrées

BERBERATI : L’accès à l’eau potable est un enjeu majeur pour la population de Berberati. Un acteur en EHA a procédé au lancement des activités de construction des 60 latrines et l’aménagement des 11 sources d’eau sur l’axe Berbérati – Gamboula.

Source : OCHA.

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *