Centrafrique : Des médias monitorés sur Violences et Crimes

Les journaux de la RCA

Les journaux de la RCA

L’Observatoire des Médias en Centrafrique (OMCA) a présenté ce matin le rapport de son travail de monitoring des médias centrafricains du mois de mai 2017,  titré : « Violences et Crimes ». La présentation a été faite  lors de sa cinquième table ronde. 

La présentation de ce rapport vise à aider les professionnels des médias à jouer pleinement leur rôle d’acteur de l’espace publique en respectant le code d’éthique et de déontologie. Il s’inscrit dans le cadre du projet Connect  avec l’ONG Internews sur financement de USAID.  Ce rapport dénommé « Violences et Crise en Centrafrique » est lié au contexte du pays marqué par des violences à l’ouest et sud.

Le monitoring du mois de mai vise dix organes de la presse écrite, notamment Adrénaline Info, Agora, Top Contact, Le Citoyen, Le Confident, le Démocrate, La Fraternité, Le Pays, L’Hirondelle et le Tambouret et cinq radios à savoir : Radio Centrafrique, Radio Ndéké-Luka, Radio Notre Dame, Radio Voix de l’Evangile et le RJDH qui diffuse sur la Radio Maria et ICDI. Ces médias sont visés sur leur choix des sujets et  la qualité journalistique, technique et déontologique.

Lionel Zoumiri,  observateur analyste à l’OMCA présente les graphiques de cette observation,  «  comme tous les mois, le tableau et les graphiques nous montrent que RJDH est toujours en tête. Il  vient en tête avec 1572 secondes des sujets traités soit 15,80% de temps de diffusions sur les violences et crimes, ensuite Radio Ndéké-Luka avec 1052 secondes des sujets soit 10,25% de temps de diffusion, puis la Radio Notre Dame 1,15%,  Radio Centrafrique 0,20% et la radio Voix de l’Evangile 0,15% », a-t-il expliqué.

Pour la presse écrite, le journal Hirondelle vient en tête avec 10,5% espaces consacrés aux violences et crimes, l’Agora avec 9%, le Confident 5,5% et le Démocrate 4,5%.

Selon l’OMCA, quelques manquements ont été relevés dans le rapport concernant le journal La Fraternité et la Radio Notre Dame qui ont publié et diffusé des informations portant atteinte à l’honneur  de quelques autorités et qui pourraient compromettre la cohésion sociale.

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *