BAC 2017 en Centrafrique: Entre 3,85 % lors de la délibération et 5,74 % à la proclamation, que s’est-il passé ?

Feuille de note BAC 2017

Les résultats du BAC 2017 de cette année sont diversement appréciés, suite au faible taux de réussite. Si les uns considèrent comme une politique de filtrer les meilleurs bacheliers, d’autres estiment que ces résultats ne reflètent pas la réalité.

Environ 17.993 candidats ont été enregistré parmi lesquels 16.180 ont pu composer. Au total 929 sont admis et 2.400 doivent composer pour le second tour. En moyenne 5.74% des candidats sont admis, un taux de réussite qui a créé des grognes parmi les candidats. Seuls ceux qui ont eu la moyenne de 9,75/20 pouvaient être rachetés par le jury et en dessus de 8/20 pour le second tour.

Selon des sources proches du dossier, à la délibération vendredi dernier, le nombre des admis au 1er tour étaient de 485 et 1.636 devraient passer les épreuves du 2e tour. Suite à ces résultats, des hautes autorités du pays sont passées samedi à la Direction des Examens et Concours Universitaires pour des instructions afin « d’appliquer la rigueur ».

Première délibération

Première délibération

Que s’est-il alors passé pour que l’effectif des admis soit revu à la hausse à la proclamation ?  Sont-t-elles passées pour briser l’élan de la rigueur ou assouplir les mesures prises ? Pas de réponse pour le moment. Une source sous l’anonymat a regretté l’habitude des autorités. « Les autorités qui prétendent prôner l’excellence sont les premières à biaiser les données », a-t-elle lâché pour exprimer son sentiment de mécontentement.

Pour cette source, en réalité, pas de plus de 300 candidats devraient être admis au baccalauréat 2017 car, « le niveau est très faible, mais il était temps d’appliquer la rigueur».

Le ministre de l’éducation nationale, Aboubakar Moukandas Nour salue ces résultats qui  selon lui confirme la rupture que le président de la République, Faustin Archange Touadera prône et la lutte contre les fraudes et la corruption. Pour lui, « le laxisme, le favoritisme, le népotisme a fait qu’aujourd’hui, même les bons candidats sont démotivés et ils ont tendance d’aller beaucoup plus dans la recherche des facilités à travers les enveloppes et c’est une très mauvaise pratique». Il a insisté sur le fait qu’on « ne peut pas tirer le niveau des élèves et candidats vers le bas. On ne peut que les tirer vers le haut », c’est ce qu’il a dit ce 20 juillet dans une interview avec les confrères du RJDH.

Les résultats généraux du BAC en Centrafrique tournent autour de 10% de réussite. La formation est toujours au rabais.(à suivre)

Fridolin Ngoulou

 

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *