Centrafrique : Zoom sur Zemio en proie aux nouvelles violences

La ville de Zémio fait à nouveau face à une résurgence de violences depuis le 25 septembre. Des informations font état de trois incursions dans la ville. Les forces de la MINUSCA ainsi que le quartier Mahamat ont été visés.  

Au 27 septembre, le bilan provisoire ferait état de 10 blessés dont 3 cas graves nécessitent une évacuation. Les combats se sont poursuivis le 28 septembre et même le 30 septembre entre les autodéfenses et les hommes armés assimilés aux mercenaires tchadiens et soudanais. Des cas d’incendie de maisons ont été rapportés dans le quartier Mahamat (pas d’estimation disponible). Des déplacements de personne en brousse et au niveau de la Mosquée (chiffres non encore disponibles) ont été rapportés.

Pour rappel, le 28 juin dernier, des heurts avaient éclaté entre les éléments de groupes armés à Zémio. Des vagues d’affrontements ont eu lieu par moment depuis cette date dont cinq (5) rapportés durant le mois d’août et deux (2) au mois de septembre.

La majorité de la population de Zémio estimée à plus de 25 000 personnes, est hors de la ville : Plus de 11 000 personnes ont trouvé refuge en RDC (dans un village situé à 7 km de la frontière). 1 068 ménages (4 510 déplacées) sont rapportés à Dembia (85 km, axe Zémio-Rafaï). Des personnes déplacées en provenance de Zémio sont également signalées à Obo (208 Km de Zémio) et à Rafaï (150 km de Zémio), tandis que nombreuses autres se sont réfugiées en brousse.

Des besoins sont signalés dans les différents secteurs, avec une acuité particulière dans les secteurs de la protection pour les civils encore à Zémio. Par ailleurs, l’enclavement de la zone d’accueil des personnes réfugiées en RDC amplifie considérablement la vulnérabilité de ces dernières.

Il y’a eu suspension temporaire de la mise en œuvre des activités humanitaires planifiées :  A Zémio, seule le service minimum en santé est en cours au poste de santé Gendarmerie/Carrefour et deux (2) points palu mobile en brousse.  Retrait d’une proposition de projet pour une réponse en Abris /NFIs (en raison de la persistance de l’insécurité à Zémio).  Réflexions sur les options de réponse aux besoins des populations se trouvant près de la frontière ou effectuant des mouvements pendulaires entre la RCA et la RDC. Concertation avec la communauté humanitaire de la RDC sur les possibilités de réponse aux mouvements de personnes se trouvant à la frontière de la RDC. Plaidoyer pour un renforcement des Forces de sécurité à Zémio.  Les contraintes  sécuritaire et logistique (Déficit d’information lié à l’absence de couverture téléphonique) sont relevées.

Sources humanitaires

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *