A Yaoundé, les journalistes de la CEMAC valident le réseau pour la bonne gouvernance des matières premières

Une vue des participants à la salle de conférence de l'Hotem Hilton de Yaoaundé Image FridolinNgoulou

Une vue des participants à la salle de conférence de l’Hotem Hilton de Yaoaundé Image FridolinNgoulou

Des journalistes venus de six pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) ont formalisé le réseau pour la bonne gouvernance des matières premières, ce 29 septembre 2017 à Yaoundé au Cameroun, à l’issue d’une assemblée générale ordinaire.

Le Réseau des Journalistes d’Afrique Centrale pour la bonne  gouvernance des matières premières (REJAC) est né pour consolider l’engagement du Projet de Renforcement de la Gouvernance des Matières Premières en Afrique Centrale (REMAP/CEMAC) avec le soutien de la Coopération allemande (GIZ). Il servira de relais d’information entre les décideurs et la population de la sous-région.  Cette plateforme regroupe les journalistes et communicateurs qui s’intéressent aux industries extractives et aux ressources naturelles.

Bienvenu Gbelo, de nationalité centrafricaine est le 1er vice-président de ce Réseau sous-régional. Il présente le but de cette corporation : « Notre objectif est de contribuer aux efforts de renforcement des capacités de la communication, de l’information et de la sensibilisation de tous les acteurs, du grand public, des populations de la zone CEMAC et surtout des communautés riveraines des sites d’exploitation, pour une meilleure participation et une implication franche dans les actions de lutte contre la mauvaise gouvernance et le manque de transparence dans la gestion des matières premières en Afrique Centrale », a-t-il expliqué.

Le REJAC, vise aussi selon ses textes à « accompagner la CEMAC, les gouvernements, les Institutions Internationales ainsi que les Organisations Non Gouvernementales et toutes autres entités dans la mise en œuvre de leurs activités de communication institutionnelle et externe dans les secteurs des Industries Extractives en Afrique Centrale ».

David, Yingra, Directeur de Communication à la Commission de la CEMAC, salut l’aboutissement de ce processus. Pour lui, « le REJAC sera un outil qui va permettre à la Commission de la CEMAC de promouvoir davantage l’intégration. Le Réseau doit servir d’avant-garde dans la promotion de la bonne gouvernance des matières premières pour la sous-région », a-t-il souhaité.

Le processus de la mise en œuvre de ce réseau a démarré en 2015 à Brazzaville. En janvier 2017 à Yaoundé, l’assemblée générale constitutive a été organisée, suivie en mai à Malabo à la présentation des textes à la Commission CEMAC pour aboutir à la validation de ses textes, ce 29 septembre 2017 à Yaoundé au Cameroun.

Fridolin Ngoulou (RJDH)

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *