Centrafrique: Les vendeurs et distributeurs des Journaux centrafricains se réunissent en association pour défendre leur droit

Les journaux de la RCA

Les journaux de la RCA

Les vendeurs de journaux centrafricains ont joué un rôle très significatif dans le développement de la presse. Ces jeunes vendeurs exercent un travail pénible, mais ils sont souvent mal traité et n’ont pas de considération dans le milieu social.

Parfois on les considère comme des désœuvrés. Or, un crieur de journaux (vendeur, distributeur), un athlète, est une personne qui connait ce qu’on appelle le marketing commercial. Ils sont tous des intellectuels. Et la majorité d’entre eux, sont des responsables, qui ont une famille à leur charge (femme et enfants).

Il est à savoir qu’un distributeur peut être un employé d’un organe de presse qui, traité semestriellement ou bien mensuellement. C’est lui qui a le droit de se présenter en premier lieu à l’imprimerie la nuit au moment du tirage ou très tôt le matin pour retirer les journaux. A la fin de l’heure, lui seul a l’habilité de faire le compte rendu du vente de la journée au Directeur de Publication ou Directeur Administratif et Financier.

Par contre, un vendeur ou crieur des journaux ne peut traiter qu’avec les distributeurs des journaux de chaque organe. A la fin de l’heure, il ne fait le compte rendu de ses ventes qu’aux distributeurs qui l’avaient remis des journaux le matin. Chaque exemplaire vendu, équivaut à une somme de cinquante francs (50F) CFA de bénéfice. Les vendeurs des journaux sont très indispensables au milieu de la presse écrite. Sans eux, la presse écrite n’est que l’ombre d’elle-même.

A Bangui, selon les informations en notre possession, ces jeunes vendeurs doivent être tous devant l’imprimerie à 05 heures 30 minutes pour ne pas être en retard. Et très souvent, ils finissent à 17 heures 30 minutes.

Mais ces distributeurs et vendeurs de journaux déplorent le manque de solidarité entre eux. Ils ne savent pas régler un cas de litige qui survient. En cas de maladie ou décès, c’est la loi de « chacun pour soi, Dieu pour tous ». Pour mettre fin à cette incompréhension, le vendredi 22 septembre 2017, ils se sont réunis au quartier Boeing dans la Commune de Bimbo III et ont mis en place leur association, dénommée « Association des Vendeurs et Distributeurs des Journaux Centrafricains (AVDJCA) ».

Cette réunion présidée par monsieur Eric Sidi, après un grand débat, est sanctionnée par un bureau de ladite association qui est composé de la manière suivante:

1- Président : Eric SIDI

2- Vice-président : Rémy GUILA

3- Secrétaire Général : Adau KOPESSOUA

4- S.G. Adjoint : Célestin NGOUBELE

5- Commissaire aux Comptes : Ramé NGAÏSSONA

5- Trésorier Général : Patrick AUBERTEL

6- Chargé de Discipline : Urbain DJIMTAGBAS

7- Conseillers :

● Paterne BAMAYEN

● Victor SABENGUE

● Saturnin NAMBEAM-KOÏSSE

Nous souhaitons bon vent à l’Association de nos confrères vendeurs et distributeurs des journaux centrafricains.

Pour le bon fonctionnement de leur association, le président de l’AVDJCA sollicite une aide financière au GEPPIC

Désiré Ngaïbona

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *