Centrafrique : Aperçu humanitaire et sécuritaire au 2 octobre dans les provinces

Frontière RCA Cameroun @TSimbi

Frontière RCA Cameroun @TSimbi

1-     Le renforcement des dispositifs sécuritaires dans la ville de Kaga-Bandoro et l’accalmie relative observée ont permis des mouvements de retour des populations dans certains quartiers. 372 maisons ont été réhabilitées dans certains quartiers et la reconstruction de 151 autres. un acteur humanitaire a distribué des kits de dignités à 431 femmes enceintes et allaitantes dont 150 venues du site de Lazare, 150 du site de la MINUSCA et 131 de la communauté musulmane.

2-     A Kabo et Moyenne Sido, les acteurs humanitaires ont assisté 12.773 personnes retournées (des sites et du Tchad) en vivres. 6763 PDIs sont assistés à Kabo et 2631 en Moyenne Sido Les difficultés logistiques et la rupture de stock demeurent une contrainte à la régularité de l’assistance aux PDIs.

3-     Les récentes statistiques de partenaires humanitaires sur les mouvements de populations à Bangassou et sur les axes périphériques rapportent un total de 865 ménages (4 240 personnes) déplacés.  Les défis majeurs restent en protection et l’accès humanitaire enfreint par le mouvement des groupes armés sur les axes. Selon une enquête sur les intentions de retour qui a été menée récemment par l’OIM, sur les 398 ménages enregistrés, environ 200 ménages refusent d’aller s’installer sur un nouveau site et préfèrent retourner chez eux tout en exigeant la reconstruction de leurs maisons qui ont été détruites pendant la crise.

4-     La situation reste très précaire sur l’axe Dimbi-Kembé. Depuis l’incursion du village Ndikassi (10 km, axe KembéDimbi) par un groupe armé et les affrontements à Kembé du 20 septembre, la mobilisation observée chez les belligérants laisse craindre de nouvelles confrontations dans la zone.

5-     Selon plusieurs sources, le calme est revenu dans la ville de Bocaranga qui est toujours sous contrôle d’un groupe armé. Le réseau téléphonique a été rétabli, la quasitotalité de la population a fui vers Bozoum,  Bouar et Bangui. D’autres encore sont en brousse ou dans leurs champs. La MINUSCA a fait état de 260 personnes réfugiées devant sa base et environ 500 personnes à l’église catholique. Le 01 octobre, des acteurs ont été relocalisés vers Bangui.

Fridolin Ngoulou

Aperçu Humanitaire OCHA    2017.10.02_Aperçu humanitaire

Related Posts»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *